Rechercher
  • Ariane Bussière-Fournel

Un Peuple, une Histoire

Par Sarah Agougou


Un peuple, une histoire.

Pour faire suite à mon article sur la liberté d’expression, j’ai décidé de vous parler d’un mouvement spectaculaire, qui a justement pour but d’obtenir cette liberté. L’Algérie, cela vous dit quelque chose? Plusieurs d’entre vous la reconnaitront, car elle est le plus grand pays d’Afrique. Si vous voulez en apprendre davantage sur ce merveilleux pays, je vous invite à consulter notre précédente édition numérique. Reconnue pour son histoire et sa gastronomie exceptionnelle, l’Algérie traverse présentement une période de rebondissement, caractérisée par de grandes manifestations. Pourquoi un tel soulèvement? Et pourquoi à cette période de l’année? Dans les paragraphes qui suivront, je vais tenter de vous expliquer les causes du mécontentement du peuple algérien et bien davantage.


Une histoire riche en diversité.

Avant de renter dans le vif du sujet, il serait plus approprié de vous faire un bref récapitulatif sur l’histoire de cette ancienne colonie. Tout d’abord, l’Algérie fut habitée par les Berbères, peuple indigène du pays. Vers 647, les Arabes venus d’Asie commencèrent à propager l’Islam et par conséquent, à arabiser l’Algérie. Après de nombreux siècles, les Turcs ont débarqué. L’Empire ottoman a beaucoup influencé la société algérienne, notamment en ce qui concerne la tenue vestimentaire. Aujourd’hui, plusieurs traces de cet empire sont encore visibles à Alger. Finalement, le dernier peuple à avoir bâti son empire en Afrique du Nord est la France. Cette dernière est une grande colonisatrice qui a justement colonisé la majorité du continent africain. À partir de 1830, le pays devient une colonie française. Jusqu’en 1954, tout va très bien pour les colons et pour la France. Le 1 er novembre, fut le déclenchement de la guerre d’Algérie, qui dura 8 ans. Le 5 juillet 1962, le pays est officiellement indépendant et devient une République démocratique. Comme vous pouvez le constater, l’Algérie a connu la plupart des grandes civilisations a travers son histoire. Grâce à sa proximité avec la mer méditerranée, ses climats et ses ressources naturelles à revendre, l’Algérie a été le lieu de plusieurs empires. [1]


L’Algérie d’aujourd’hui

Le 5 juillet était pour cette ancienne colonie le début d’une nouvelle ère. L’organisation du pays ne dépend maintenant plus de la France. Elle s’est dotée d’un gouvernement et est responsable de ses décisions. Toutefois, cette joie s’arrêta en 1990, avec l’arrivée des terroristes et du FIS (Front islamiste du salut) qui causa du tord aux habitants. Cette période est appelée la décennie noire, car elle est caractérisée par le désespoir et la mort.

Oublions le passé et concentrons-nous sur le présent. Qu’en est-il de l’Algérie aujourd’hui? Pour répondre à la question, je dirais que la situation s’est améliorée, mais est loin d’aller bien. En effet, la corruption et l’abus de pouvoir peuvent se faire remarquer. Le 22 et le 24 février ont été des dates cruciales pour l’avenir du pays. C’est à partir du 22 février que le peuple a commencé à réclamer ses droits, et ce, en sortant dans les rues par milliers. Une autre date importante le 1 er mars. Cette manifestation n’était pas comme les autres, car cette fois si, 1000000 d’Algériens sont sortis manifester a Alger. Encore plus phénoménale, le 8 mars, avec l’arrivée massive de femmes comme manifestantes, à l’occasion de la fête internationale de la femme. Dans les 48 wilayas, on pouvait entendre des slogans tel que « nous ne voulons ni Bouteflika ni Saïd », « Non au cinquième mandat », « L’Algérie est une république et non une monarchie ». Les prénoms Bouteflika et Saïd vous sont surement inconnus pas vrai? Découvrons leur identité et les causes d’une telle révolution.


Un peuple en or

Abdelaziz Bouteflika est le président de la République algérienne démocratique et populaire, depuis 1999. Si vous avez bien compté, cela fait maintenant 20 ans qu’il est au pouvoir. Cela correspond aussi à 4 mandats. En étant algérienne, je peux vous dire que de telles durées à la tête de la présidence ne sont pas surprenantes. Le 18 avril 2019 est la date de l’élection présidentielle, et Bouteflika se présente comme candidat. Je dirais que ce fut l’étincelle, qui déclencha de nombreux bouleversements. Les algériens se sont rebellés, car ils veulent que la jeunesse prenne son destin en main. Toutefois, le pouvoir ne veut rien entendre. Il veut que Bouteflika reste président et continue à gouverner le pays. S’il le pouvait, ils le garderaient jusqu'à la mort. Cependant, il ne faut pas en vouloir au président. En effet, ce dernier a été victime d’un AVC (accident vasculaire cérébral) en 2013, et est inconscient depuis. Saïd est son conseiller. D’après les rumeurs qui sont surement réelles, ce serait lui et non Bouteflika qui dirigerait le pays. En l’absence de la conscience du président, les hommes politiques faisant partie de la présidence, en profitent pour voler les richesses de l’Algérie. Par conséquent, le peuple vit dans la misère et les prix des produits augmentent. Quel gâchis pour un si beau pays, ne trouvez-vous pas ? Comme l’a bien dit Rousseau, philosophe des lumières (1712-1778) : « c'est le peuple qui détient réellement le pouvoir » [2]. Dans son nom, la république prétend être démocratique. Toutefois, quand on écrase son peuple, qu’on trafique les résultats du vote et qu’on n’écoute pas les habitants, cela est tout sauf de la démocratie. Nous pouvons aussi parler de tyrannie, car les membres du pouvoir veulent absolument que Bouteflika prenne en charge le pays, et si nécessaire par la force. Ne voient-ils pas qu’il est souffrant et qu’il a besoin de se reposer, ou ils voient seulement les bienfaits d’un président malade, c'est-à-dire l’argent. Pourtant, ces hommes politiques ont fait serment d’être fidèle au président, quel que soit les circonstances. Le pouvoir pensait que son plan de mettre Bouteflika comme président pour 5 autres années allait être d’une très grande facilite, car le peuple ne lui causait pas de tort. Toutefois, lorsque ce dernier a manifesté par milliers, la présidence s’est rendu compte qu’un cinquième mandat ne serait pas une tâche facile. En effet, si M. Bouteflika est élu le 18 avril prochain, un énorme soulèvement pourrait se produire. Pour en revenir au peuple, je le félicite. Il est sorti de chez lui et a dénoncé le système de manière pacifique. Les gens ont tendance à dire les Algériens sont violents et impulsifs. Toutefois, aujourd’hui, ils ont démontré leur pureté au monde entier et leur pacifisme. Tout ce que je peux vous dire c’est que je suis fière de mon pays et du courage de ses habitants.


Un peuple international

En plus des manifestations en Algérie, plusieurs se sont fait entendre à l’étranger. Les Algériens quittent généralement leur pays en raison de la politique et de la recherche d’un meilleur avenir. En 2018, l’Algérie a battu un record en ce qui concerne les voyageurs clandestins. Plusieurs jeunes partent en bateau, vers l’Europe, où ils espèrent trouver du travail. Toutefois, nombreux sont ceux qui meurent en plein voyage. Arrêtez-vous un moment et posez-vous cette question : Pourquoi nous Canadiens, nous ne quittons pas notre pays par bateau? La réponse est simple : nous ne quittons pas le Canada, car notre pays est très diversifié, il permet donc plusieurs moyens de travail et ouvre les portes aux jeunes. De plus, nous avons un régime qui est démocratique, ou la liberté d’expression existe. Voilà pourquoi les Algériens partent vers d’autres horizons, parce qu’ils ne se sentent pas appuyés par leur gouvernement, et donc n’ont pas d’espoir. Comme je le disais un peu plutôt, des manifestations se sont déroulées d’une manière pacifiste et sans violence. Celles-ci ont eu lieu au Canada, plus précisément à Montréal devant le consulat algérien, en France, en Italie et à Londres. Comme vous pouvez le constater, les Algériens sont partout sur le globe. Ci-dessous, vous trouverez certaines images qui vous montreront l’ampleur de la situation.



Manifestation du 8 mars à Alger centre.



Manifestation du 10 mars à Montréal.



Manifestation à Paris contre le cinquième mandat.


Les artistes

Plusieurs artistes ayant un grand talent ont quitté l’Algérie en raison de la situation politique. Nous pouvons entre autres nommer Soolking et raja Meziane. Aujourd’hui, ces deux artistes connaissent un véritable succès. Soolking, originaire de Staouelli à Alger, a obtenu un disque d’or pour ses nombreuses compositions. Ce dernier a manifesté à Paris ces derniers temps. Quant a Raja Meziane, celle-ci a sorti une chanson exceptionnelle qui s’appelle « Allo le système ». Cette dernière raconte la politique en Algérie. Hormis les artistes qui résident a l’étranger, un groupe d’artistes algériens s’est réuni pour créer une chanson sur le cinquième mandat. De nombreux chanteurs indépendants ont également composé des chansons sur le sujet. Plusieurs chansons ont été rédigées par le passé portant sur les mêmes sujets, et qui nous rappelle les bons et les mauvais côtés de l’Algérie. En voici quelques exemples.

https://youtu.be/MX4b5WUehzY?list=RDMMMX4b5WUehzY

https://youtu.be/o-ajCGiDlrg?list=RDo-ajCGiDlrg


PS: Le prénommé Soolking a lui aussi crée une incroyable chanson: la Liberté, racontant également la vie en Algérie, de façon explicite. Voilà le lien.

https://youtu.be/CTAH-AqYm48


L’Algérie en image

Dans cet article, j’ai parlé des mauvais côtés de l’Algérie et de sa situation politique. Cependant, cette dernière est bondée de paysages magnifiques et de gens accueillants. Je rêve chaque année d’y être et de sentir l’odeur de la plage et de la chaleur sur mes pieds. Tous les pays ont des défauts et des qualités. Malgré toutes les imperfections de l’Algérie, je ne peux m’empêcher d’aimer mon pays et de l’honorer. Je souhaite qu’avec ces manifestations et ces cris de cœur, l’Algérie connaisse bientôt un nouveau système et de nouvelles lois basées sur une réelle démocratie. Que vous soyez algérien, marocain, canadien ou d’une tout autre nationalité, n’oubliez pas que tout peuple à des droits et qu’il peut exprimer ce qu’il ressent. Battons-nous chers algériens et algériennes pour une Algérie libre. Battons-nous pour l’avenir de nos enfants. Battons-nous pour ceux qui sont morts pour le pays. Vivons pour une Algérie démocratique et indépendante!

https://youtu.be/MNW83Hv-lps


PS: Cet article a été rédigé avant l’annonce du refus du cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Toutefois, les manifestations perdurent, car même si le président a démissionné, le système mafieux est toujours en place. Le peuple veut un changement radical, ce que la présidence ne comprend toujours pas. Les Algériens sont déterminés à rebâtir le pays de A à Z, et ce, sans les hommes politiques actuels.

Courageux nous sommes, changer nous devons.


[1] https://ici.radio-canada.ca/nouvelles/dossiers/algerie/histoire.html


[2] http://www.alloprof.qc.ca/BV/Pages/h1470.aspx

84 vues
  • White Instagram Icon

© Copyright 2020 par la Maison de Jeunes RadoActif.

Nous Contacter

Tél: (514) 303-8900

info@mdjradoactif.com

Adresse

6115A rue Jogues
Montréal (Québec) H4E 2W2